3 questions à ... Lisa Gachet créatrice de Make My Lemonade

3 questions à Lisa Gachet

En 2012, elle crée le blog Make My Lemonade pour partager ses créations et ses idées. Très vite, elle devient une vedette de la blogosphère. Portée par le succès et de nouvelles envies, elle crée la marque Make My Lemonade en 2015. Depuis la croissance ne se dément pas et les projets s’enchaînent. Rencontre avec une personnalité connectée, solaire, engagée et enthousiaste.

Vous avez inauguré Frida, votre plateforme de location de vêtements. Pourriez-vous, à cette occasion, revenir sur votre développement et expliquer comment vous êtes passé du blog à la marque ?

Je suis diplômée de l’Ecole Duperré et j’ai fait mes armes chez Yves Saint Laurent et Bonpoint. J’ai su très vite que travailler pour d’autres, était, pour moi, une frustration. J’avais besoin de reconnaissance et j’ai donc créé le blog Make My Lemonade en 2012 pour montrer ce que je savais faire, partager mon style, mes idées. Six mois après son lancement, j’ai quitté mon emploi pour m’y consacrer à plein temps. En effet, des entreprises me contactaient pour que je réalise des sets design pour des événements, que je leur conçoive des vitrines, organise des workshops… C’était tout ce dont j’avais rêvé ! Mais au bout de deux ans, j’ai ressenti un manque : celui de ne plus faire de vêtements. Pour être cohérente avec l’esprit DIY de Make My Lemonade, j’ai imaginé un concept double : proposer des pièces en petites séries accompagnées de leurs patrons. Le premier patron a été proposé en janvier 2015 et dans le courant de l’année, sont sortis les premiers vêtements avec les patrons coordonnés. La marque Make My Lemonade était née et la démarche a immédiatement plu. Dans le même temps, j’organisais des pop-up stores Make My Lemonade pour rencontrer ma communauté et présenter tout mon univers. On en a fait 4 en 2 ans, à Paris, d’une durée chaque fois d’environ un mois. C’était très instructif et sympathique : un moyen convivial de mieux comprendre les attentes et les comportements d’achat des clientes. A l’époque nous étions 8 personnes : on faisait beaucoup avec peu. Ces espaces éphémères ont été une forme de répétition générale en vue de l’ouverture de la boutique Make My Lemonade, inaugurée fin 2018 sur le Canal Saint Martin. Ce pas en avant ne devait pas nous faire perdre de vue l’ADN de la marque : proposer un vestiaire qui dure, dont on ne se lasse pas, bien fait, dans de belles matières. Aujourd’hui nous sommes entre 23 et 25 salariés selon les périodes et nous dépassons nos objectifs de croissance. C’est évidemment motivant pour initier d’autres projets à l’image de Frida, notre plateforme de location de vêtements qui a été mise en ligne à la fin du mois d’octobre 2019 avec toujours cette volonté de promouvoir une consommation de mode raisonnée, de qualité, accessible au plus grand nombre.

Quel est le rôle de votre communauté ? Qui est-elle ? Comment préservez-vous le lien ?

Sans la communauté, il n’y aurait pas de Make My Lemonade. Nous sommes à son écoute en permanence. Si nous ne répondons pas à toutes les demandes, nous lisons et décortiquons tous les commentaires. Cette hypervigilance et cette veille permanente nous permettent d’avoir un véritable retour d’expérience et donc de nous adapter, d’évoluer. D’autant que notre communauté est hétéroclite… et très réactive. En juin dernier, nous l’avons sollicitée pour un sondage et nous avons eu 10 000 réponses ! Bien sûr, j’ai désormais moins le temps d’écrire sur le blog que j’alimentais beaucoup au début, mais le lien est toujours là, notamment via Instagram. Je suis également en train de concevoir une newsletter pour raconter le cheminement de l’entreprise et expliquer nos choix. Ce support va me permettre par exemple, de décrypter le pourquoi du comment de la création de Frida, de prendre la parole en profondeur sur des sujets importants, ce que ne permet pas Instagram.

Comment voyez-vous le secteur de la mode et son évolution ?

La consommation de mode change énormément. Nous sommes en train de vivre un tournant en matière éthique et de respect de l’environnement impliquant une transformation de la chaîne de production. Les marques fortes de demain sont donc celles qui seront transparentes de bout en bout. C’est ce que nous essayons de faire avec Make My Lemonade. Nous voulons que nos clientes soient nos ambassadrices, qu’elles soient fières de porter nos créations. Nous ne sommes pas parfaits mais nous mettons en place de nombreuses initiatives pour nous améliorer. Par exemple, pour réaliser une partie de nos collections, nous utilisons des tissus provenant d’un second circuit de production, en chinant des fins de stock de grandes maisons de couture. Nous progressons ainsi chaque jour !

Crédit photo : Laurence Revol