3 questions à . . . Adrien Garcia, fondateur du podcast Entreprendre dans la Mode

"Je fonctionne essentiellement au coup de cœur, c’est-à-dire des personnalités qui ont des chemins de réussite particuliers, qu’ils aient un univers artistique ou un parcours économique intéressant."

Adrien Garcia

En 2015, après des études dans l’hôtellerie, un master en école de commerce, ainsi qu’un début de carrière chez Alain Ducasse puis chez Prêt A Manger, la chaine de restauration rapide britannique, Adrien Garcia décide de reprendre ses études. Inspiré par les parcours de Jean Touitou (A.P.C.) et Jonny Johansson (Acne Studios), le parisien d’adoption rêve depuis l’enfance de devenir designer de mode. Direction le Studio Berçot où il étudie pendant un an et demi, avant de partir faire un stage chez Louis Vuitton, puis Balenciaga en tant qu’assistant designer sac à main. En septembre 2017, séduit par l’univers grandissant du podcasting, il décide de créer Entreprendre dans la mode, un podcast dédié à tous les entrepreneurs et les acteurs de la mode.

Quel est le concept de votre podcast ?
Avant Entreprendre dans la mode, il n’y avait pas de podcast audio sur la mode d’un point de vue entrepreneurial. J’ai donc eu envie de partir chaque semaine à la rencontre d’un homme ou d’une femme qui a entrepris dans ce secteur pour comprendre comment il ou elle a réussi son business. Créateurs, entrepreneurs, retailers, institutionnels, journalistes, PR, investisseurs ou influenceurs : pour désacraliser un peu la fashion sphère, je m’adresse à tout le monde. Beaucoup de grands noms de l’industrie du textile ont commencé avec des petits bouts de ficelle, et il me semble que cette discussion posée, où l’on prend le temps de parler, de réfléchir et de livrer des conseils pratiques autour d’un micro, donne de l’espoir à tous ceux qui rêvent de changer leur destin.

Quels sont les profils que vous sélectionnez ?
Je fonctionne essentiellement au coup de cœur, c’est-à-dire des personnalités qui ont des chemins de réussite particuliers, qu’ils aient un univers artistique ou un parcours économique intéressant. Je m’intéresse aussi beaucoup à ceux qui ont échoué ou qui sont en fin de parcours. Les échecs sont à l’évidence très formateurs. Il est aujourd’hui essentiel de casser le moule du tout beau tout parfait façonné par Instagram et autres médias sociaux.

Au départ, j’ai commencé en sollicitant des personnes à prendre un café avec moi, tôt le matin avant d’aller en cours. Parfois ça marchait, parfois non… Je puisais aussi dans mon réseau le plus proche, mon métier d’assistant designer chez Balenciaga me permettant d’élargir toujours plus mon carnet d’adresses parisien. Mais ce qui fonctionne le mieux, c’est bel et bien la dernière question que je pose à la fin de chaque interview, à savoir : “quelles est la personne que vous souhaiteriez entendre dans un prochain podcast ?“. Souvent, ils me donnent un nom et me mettent en contact avec eux. Marie-France Cohen (Bonpoint, Merci, Démodé), Vanessa Seward (APC, Vanessa Seward), Alexandra Van Houtte (Tagwalk)… Plus de trente épisodes ont été enregistrés à ce jour.

Pourquoi avoir choisi le format podcast ?
A l’heure du fake de la télévision, les gens veulent qu’on leur accorde plus de temps, et surtout de manière plus qualitative. Grâce au format podcast et à son absence de montage, de déformations des propos, de publicités à répétition ou de coupures de la part des journalistes, on est dans l’authenticité et la sincérité de la discussion. Très vite, les intervenants oublient le micro et se confient donc plus facilement. C’est réellement un moment exclusif, intime, comme si l’auditeur se trouvait en contact direct avec eux.

Retrouvez l’interview de Pierre-François Le Louët, Président de la Fédération, pour le podcast Entreprendre dans la Mode,  en cliquant sur ce lien