3 questions à… Pierre-François le Louët Président de l’agence de prospective, NellyRodi

« Notre mission générale : inspirer les sociétés qui font appel à nous »

Autrefois bureaux de styles et éditeurs de cahiers tendances, les agences comme NellyRodi tendent à se diversifier pour accompagner leurs clients dans leur évolution structurelle. Leur but : aller toujours plus loin dans la prospective.

Pouvez-vous nous expliquer les grands changements intervenus au cours des 10 dernières années au sein de NellyRodi ?
Les sociétés comme la mienne sont nées comme des bureaux de style. Cependant, nous avons toujours été ancrés dans la modernité : donc pas uniquement centrés sur les produits et l’habillement. L’élargissement de notre champ de compétences a toujours été dans nos gènes et il n’y a pas eu de rupture à ce niveau précis.
La principale révolution réside dans l’évolution du marketing. Aujourd’hui, dans les effectifs de NellyRodi, la moitié de mes collaborateurs est issue du marketing. Quand je suis arrivé en 2001, j’étais seul au milieu de personnes issues de la création…Mais notre mission générale demeure la même : inspirer les sociétés qui font appel à nous. Et ce, quel que soit l’univers de nos clients toujours plus diversifiés : l’hôtellerie, les cosmétiques, les technologies, les transports et bien-sûr le textile, l’habillement, la maison et le luxe.
Quant aux différents rôles que nous jouons dans leur accompagnement, ils se situent sur trois niveaux. Premièrement : tout ce qui est lié à la compréhension de la modernité. Comprendre comment le consommateur évolue, les nouvelles technologies, les nouvelles esthétiques, les marchés et les valeurs émergents. Comment la distribution fait sa révolution tant sur le plan physique que digital… En second lieu, vient tout ce qui est lié au développement des stratégies de marque et d’offre. Il s’agit d’élaborer des outils de plateforme de marque et de style au regard de l’époque, de la singularité de la marque. Nous accompagnons les directions marketing y compris sur la segmentation de l’offre : à quel rythme renouveler les produits, quels sont les codes de ma marque… Enfin, dans un troisième volet, nous proposons un accompagnement dans le développement des produits en devenir ou existants. Nous nous intéressons donc à l’époque, à la marque et aux produits.

Quelle est la raison de cette évolution et comment vous êtes-vous adaptés ?
Notre évolution est intimement liée à celle des structures des entreprises afin de toujours chercher à leur apporter les réponses les plus adaptées à leur problématique.
Nous sommes vigilants au fait de démoder nos concurrents directs et de trouver notre propre singularité. C’est pour cela qu’à chacun des niveaux d’intervention de NellyRodi, nous avons positionné les outils adéquats. Avec nos cahiers de tendances pour la partie produits, notre cahier lifestyle annuel sur la compréhension de l’époque associés à notre pôle d’études constitué d’experts ainsi qu’à notre pôle digital. Dernièrement, nous avons initié un partenariat avec Opinion Way pour prendre une participation au capital de Soon Soon Soon. Une société spécialisée dans la veille et les tendances qui détecte l’innovation partout dans le monde grâce à ses 800 éclaireurs. Notre but : comprendre encore mieux l’époque pour accompagner au plus juste nos clients confrontés à l’évolution permanente de leurs métiers. Nous sommes donc en synergie avec les modifications structurelles des entreprises. Et c’est pour cela que nous demeurons extrêmement préoccupés par la qualité de la relation que nous entretenons avec eux. La confiance est primordiale dans ce secteur où ils savent qu’ils peuvent compter sur nous quand une question importante se pose.

Vous accompagnez désormais vos clients de la prospective pure au produit : quelles sont vos limites ? Devenir vous-même partie prenante de ces entreprises était la suite logique ?
La limite au niveau de NellyRodi, ce sont les hommes. Car travailler pour nous demande des compétences particulières. Et nous avons une règle : nous ne faisons pas à la place de nos clients. Nous nous arrêtons lorsque cela devient trop opérationnel.
Nous avons effectivement lancé NellyRodi MoneyBox, une filiale d’investissement nous permettant de prendre des participations très minoritaires dans le capital de start-up dotées d’un business model innovant. Nous ne nous arrêtons pas au simple financement, nous les accompagnons aussi dans leur stratégie grâce à notre savoir-faire. Et si elles passent à l’étape suivante, pour ne plus être considérées comme des start-up, nous sortirons du capital avec grand plaisir car c’est notre vocation. C’est ce qui s’est passé avec Michel et Augustin, nous sommes entrés il y a 10 ans et, avec d’autres actionnaires très minoritaires, nous sommes sortis pour laisser la place à Artémis, la holding familiale du groupe Kering désormais plus adaptée aux besoins de cette société.
Et puis nous sommes toujours en mouvement sur la prospective et ce, de manière illimitée. Le 30 juin prochain, par exemple, nous initions The Creative Journey. Un événement d’une demi journée au Petit Palais sous forme de talks, de présentations, de performances où se mélangeront des personnalités de divers horizons. Vous pourrez y rencontrer aussi bien Perla Servan-Schreiber (à la tête du magazine Clés) que le créateur Jacquemus ou le serial entrepreneur Ramdane Touhami qui vient de lancer la parfumerie Buly.