3 questions à . . . Xavier Clergerie Commissaire Général des salons Whos’ Next Prêt à Porter Paris

Xavier Clergerie nous éclaire sur l’utilité du média « salon » avant l’ouverture de la prochaine édition qui se tiendra Porte de Versailles, du 30 juin au 3 juillet.

A quoi sert un salon ?
Un salon facilite le travail des marques et des détaillants. Mais attention pas de toutes les marques. Les griffes de luxe, par exemple, n’ont pas besoin de nous car elles utilisent des processus de communication forts et des circuits de diffusion bien à elles. En revanche, celles qui n’ont pas d’agents en France ou à l’export ni de réseau de distribution très structurés peuvent, sur nos salons, toucher un maximum de distributeurs dans un laps de temps très court. Aujourd’hui, nous mettons tout en place pour que non seulement ces exposants élargissent leur réseau et étoffent leur clientèle mais surtout remplissent leurs cahiers de commande. Pour les détaillants, un salon est un moyen très rapide de voir quelles sont les nouveautés, d’avoir une vision globale, de se positionner en fonction de son style, de saisir ce à côté de quoi il ne faut pas passer et en fonction de cela de gérer ses achats.

En quoi est-ce un média indispensable ?

Parce que nous donnons un éclairage unique sur l’évolution de la consommation. Depuis le début, nous appuyons nos choix et notre organisation sur les envies et les besoins des consommateurs en prenant en compte toutes les tendances de mode mais aussi musicales, festives… Nous adaptons les plans du salon à ces évolutions et les scénographies de chaque session sont différentes et reflètent l’époque. Les détaillants peuvent ainsi immédiatement saisir et comprendre ces éléments. Pour la prochaine édition, les thèmes tourneront autour de la nature, des achats raisonnés. Nous sommes, pour résumer, un cahier de tendances en 3D, ce qui est quasi inédit et ce qui explique sans doute pourquoi, nous sommes les leaders en matière de mode féminine en France et à l’international.

Et demain ?

Nous allons aller vers toujours plus d’analyse car devant l’offre qui se démultiplie, le consommateur a besoin d’être aiguillé. Nous ne voulons plus surconsommer, acheter pour ne pas porter. Ce phénomène touche de nombreuses activités. Dans le domaine alimentaire, par exemple, les hypermarchés sont en perte de vitesse et l’on voit réapparaître des petits points de vente plus sélectifs.
Enfin, nous allons inaugurer un portail sur notre site pour prolonger le contact tout au long de l’année entre les marques, les distributeurs, les acheteurs mais aussi le grand public. En fonction des saisons, nous sélectionnerons et présenterons les pièces les plus emblématiques et pertinentes de certains de nos exposants mais aussi des séries limitées, ce qui permettra de renvoyer sur le site des marques, de leur créer du trafic et de déclencher des achats.

Pour en savoir plus